samedi 24 mars 2007

La Gravure (3)

La gravure sur plaque de métal (suite)

- L’« aquatinte » :
C'est aussi une technique avec morsure de la plaque par l’acide. C’est la troisième technique essentielle sur plaque de métal.
On peut obtenir avec l’aquatinte des dégradés de valeur (de gris clair à noir) sur les surfaces choisies. (équivalent du lavis)
L’aquatinte correspond à l’utilisation de poudre de résine, qui comme le vernis pour l’eau-forte, protège la plaque de métal de l’attaque de l’acide. Une machine psychédélique permet de faire une aquatinte régulière ;) en gros : une grande armoire, on tourne une manivelle qui fait voler la poudre de résine dans l’armoire, puis on enfourne notre plaque comme une pizza et la poudre se dépose de manière uniforme. (poudre fine ou épaisse, une ou plusieurs couches, comme on veut)
Ensuite on fait fondre la poudre de résine sur la plaque en la chauffant pour qu’elle adhère bien. (en veillant à ne pas éternuer sur la poudre avant la cuisson ! ^^)
Ensuite zoum ! bain d’acide ! Même principe que pour l’eau-forte : l’acide attaque le métal et pas la résine : donc il creuse la plaque entre les petits points de résine. En fonction de la durée de plongée dans l’acide, on obtient des valeurs différentes.
Variations : on peut protéger certaines zones au vernis (pour qu'elles restent blanches), faire auparavant un dessin à l’eau-forte, ajouter les valeurs à l’aquatinte… bref, les combinaisons sont infinies !

Comme je le disais, Goya a réalisé de nombreuses gravures avec les techniques combinées de l'eau-forte et de l'aquatinte (notamment sa série des "caprices")


En illustration, 3 images d'une gravure (eau-forte + aquatinte) que j’ai réalisée avec pour modèle une image issue du court métrage d’animation « The tale of how » par le collectif the blackheart gang.

1. La plaque avant la dernière aquatinte (pour faire la partie noire finale). Le brun, c’est le vernis mis pour protéger le reste de la plaque. Les traits que l’on aperçoit sous la couche de vernis sont issus d’une eau-forte.

2. Le tirage de la gravure terminée. (cliquez pour voir en grand)


3. Un autre tirage avec le procédé du « chine collé » (on colle du papier de soie (ici jaune) sur le papier avant le tirage.)

5 commentaires:

Ames a dit…

Je persévère dans mon "exposé" de gravure! J'ai prévu quelques posts du genre à venir...
J'espère que ces détails techniques intéressent au moins quelques personnes!!? (et que c'est assez compréhensible!)
(ouuiiinhh!! Où sont passés mes visiteurs???) ;)

jean-christophe a dit…

je veux que c'est intéréssant !!
Pas de souci sur les commentaires, c'est le WE qu'il y en a toujours le moins. Pas d'affolement :))
Merci beaucoup pour toutes ces précisions.
et tes illus sont très chouettes !!

Ames a dit…

Merci pour tes commentaires! ^^
Bon bé je continuerai à blablater sur les techniques de gravure alors! ;)

Bratha a dit…

Haaaaaan trop fort le rendu que tu as ! ça me fait enviiiiie (dans une autre vie, peut-être, qui sais *sob*)
Par contre toutes ces combinaisons de produits me donnent le tournis (ou alors c'est l'heure tardive, mais chuuut) @_@ ça doit être compliqué et long à manier si on mélange les techniques non ?

Ames a dit…

Oui, c'est tout de même assez long mais pas si compliqué! (ça, c'est l'heure tardive hein! ^^)
Il faudra que tu en fasses un jour! C'est drôlement chouette la gravure! Et puis dans cette vie là tu trouveras bien 5 minutes! ;)